dimanche 19 janvier 2014

Doreniklist, la suite (2) !

 Salut tout le monde !

Voilà maintenant la suite des péripéties des Barbes Divines. Vous pouvez lire la première partie sur ce billet. Nous avions laissé la forteresse en proie à une embuscade gobeline, et notre narratrice, la bien-aimée Mante, était pour le moins en très mauvaise position...

Journal de Tekkud Libashedos, dit "Grison"

Limestone, jour 3, année 254

L'automne arrive. Les feuilles des arbres sont encore vertes, mais les environs de Doreniklist sont constellé de sang séché et de débris d'armures. Depuis mon arrivée il y a un an, l'attaque gobeline du dernier mois a été la plus meurtrière.  Il ne reste plus qu'une dizaine de soldats, dont deux maîtres d'arme. La perte de Stodir Cilobkurik est ressentie par tous dans la forteresse. Malgré son sang-froid, la maire est à bout et accuse les artisans de paresse. Nous n'avons pas vraiment de figure à suivre, d'autant que d'autres membres originels de Doreniklist ont été tués, comme son compagnon d'arme Libash, la chasseuse Mante et son jaguar. L'amant de celle-ci n'a pas non plus survécu, déjà affaibli par ses blessures précédentes.

La priorité a été annoncé par le chef médecin : tout nettoyer, ré-armer les pièges et continuer les efforts pour renforcer la défense et l'économie de la forteresse. Je lui ai proposé d'installer des ruches, car après tout, c'est mon métier. Je ne fais que pêcher et arracher des champignons dans la boue. Le travail ne manque pas, mais ce n'est pas mon rôle. Je n'ai pas une seconde à moi. Mais au moins suis-je en vie...

Granite, jour 14, année 255


Ral Matadil, notre ex-maire, a été appointée baronne de Doreniklist par l'émissaire de la forteresse mère. Les travaux de ses quartiers ont pris du retard, et il faut loger la nouvelle maire élue pendant l'hiver. Toutes les deux sont plutôt calmes pour l'instant, mais tout le monde craint le pire. Les nobles n'ont pas souvent été des héros populaires dans l'histoire naine. Espérons que ce sera différent cette fois ci.

En absence de ruches, je passe beaucoup de temps dans les halls, mais je n'arrive pas à sympathiser avec les autres. Peut-être devrais-je considérer une reconversion...

Felsite, jour 23, année 255


 La caravane elfe est arrivée à la forteresse avec un nombre impressionnant d'animaux. Notre négociateur Zuglar a souhaité échanger un disque en acier contre de l'alcool, mais étant donné la valeur très élevé de notre artisanat, il a acheté toutes les bêtes présentes. Il y a un lion, un ours lippu et un blaireau de tailles géantes, et des oiseaux exotiques. Je pense que je vais devoir m'habituer à voir un félin géant paresser dans nos salles communes.

Les maçons, sous l'ordre de notre maire, commencent l'aménagement de geôles. Ce n'est pas bon pour nous.

Galena, jour 13, année 255


Nous avons reçu une incroyable visite. Alors que la vie dans la forteresse suivait son cours, des nains sont revenus de l'extérieur l'air ahuri. Ils clamaient qu'une divinité approchait de Doreniklist !

Je n'en croyais pas mes yeux. Nous sommes tous montés accueillir la créature. C'était un être mi-humain, mi-tortue, tapissé d'écailles grises et rondes, aux mouvements lents et puissants. Alors que nous étions tous très excités, il nous scrutait de son seul œil avec une infinie patience. Notre maire l'a accueilli. Il a expliqué être le haut-magistrat de Pesor Ube, la confédération des plumes, nos alliés humains. Son nom était Ost. Nous avons tous voulu savoir comment, et pourquoi un dieu vivant était au service de mortels. Il ne nous a pas répondu.

Durant sa visite, nous avons aussi été attaqués par des gobelins. Cantonnés aux niveaux inférieurs comme les autres civils, je n'ai pas vu les combats. Litast Adilinen, notre championne, est montée avec ses troupes à l'entrée. Il y a une victime : un de nos chasseur, qui a vaillamment blessé les assaillants avant de succomber. Un des soldats a le pied ouvert, mais rien de grave. Lors de la dernière vague de migrants, des docteurs très qualifiés sont arrivés. Il vont réparer cela en un rien de temps.

Après les pourparlers, Ost est reparti, aussi lentement qu'il était arrivé. Voilà un évènement dont nous nous souviendrons longtemps !

Après ces péripéties, lorsque le calme est revenu, la baronne Ral est venue me voir. Elle veut que je devienne le shérif de Doreniklist. J'ai longuement hésité, mais elle m'a assuré que cela n'impliquait pas de devenir un soldat, et qu'avec les prisons, je n'aurait personne à battre. Elle a tenté de me flatter en soulignant mon physique avantageux et ma force. Je ne suis pas dupe. A la forteresse-mère, j'ai appris à manipuler les mots et menti à des membres de la famille royale pour arriver à mes fins. Mais j'ai dit oui.

J'ai pris connaissance de mes nouveaux quartiers et des geôles. Mes premiers prisonniers sont des artisans, accusés de ne pas avoir respecté des mandats de construction de fournitures.

Je me suis lié d'amitié avec l'un de mes premiers prisonniers : Zuglar Olinkegeth, la naine qui gère les productions artisanales à Doreniklist. Pour passer le temps dans sa cellule, nous jouions aux cartes sur sa table. La baronne ne vient jamais dans la prison. Je crois qu'elle vise déjà la position de comte pour cette année. Et qui va devoir aménager ses nouveaux quartiers ? Nous. Mais la plupart des nains y voient aussi la reconnaissance du travail accompli, ici, à Doreniklist.

La maire étudie la possibilité de creuser les profondeurs à la recherche de gemmes et des bêtes exotiques.

Timber, jour 18, année 255


La caravane naine est arrivée avec l'hiver. Comme Ral l'avait prévu, la forteresse-mère veut la promouvoir comtesse. Lorsque celle-ci a voulu que mon amie Zuglar, qui est aussi notre négociatrice attitrée, aille marchander à la surface, la prisonnière ne s'est pas privée de lui adresser un sourire narquois, faisant cliqueter les chaînes de fer que la baronne lui avait faites mises. J'ai ri sous ma barbe lorsque la noble est partie, furieuse. Zuglar est bien amaigrie, mais elle devrait sortir dans quelques jours et revoir sa famille.

Nous avons aussi souffert de nouvelles embuscades gobelines. Ces attaques deviennent trop régulières. Un autre chasseur a été tué. Peu de nains veulent occuper ce poste. Ce sont hélas les premiers à voir les peaux-vertes, et ils n'ont souvent pas le temps de s'enfuir. Dans la forteresse, notre joaillère paraplégique, Rakust, a taillé une améthyste parfaite, un véritable joyau. C'est notre plus grand artefact à ce jour.

Obsidian, jour 1, année 255

Nous allons bientôt fêter la nouvelle année. Les forgerons frappent des armes et des armures, et l'on se prépare à creuser dans les cavernes. Alors que je me détendait dans le jardin aux statues, la nouvelle comtesse Ral est venue me voir. Dés que je l'ai aperçu, je savais ce qu'elle allait me demander. En plus des douze soldats maniant la hache, dont la moitié sont maintenant des héros et des maîtres d'arme, elle veut constituer un duo d'épéistes d'élite. Je lui ai dit que je ne savais pas manier l'épée, mais elle m'a ignoré. Elle insiste pour que les nobles de la forteresse ai une garde qualifiée en plus des défenseurs principaux. En plus de me donner le commandement, elle a fait entraîner le lion de la forteresse par les dompteurs et me fait son maître. Il est énorme et féroce. Si jamais je devais combattre, il me sera très utile.

J'ai dû choisir mon partenaire. J'ai jeté sur mon dévolu sur un jeune nain sans qualifications : Eshtan Mebilnazush. Il n'a pas l'air à l'aise avec l'autorité, mais il n'a pas froid aux yeux et est énergique. Je vais lui faire rentabiliser son temps, qu'il passait jusque là à vagabonder et raconter des histoires dans les halles.

Felsite, jour 14, année 256


Je suis fou. Le seul prisonnier présent dans les geôles, un cuisinier nommé Mestthos, est mort déshydraté. Je n'ai pas eu une minute à moi avec les entraînements, et lui apporter à boire est une tâche qui incombe aux civils. Nous n'allons quand même pas creuser des puits à côté de chaque chaîne. C'est une honte.

En dehors de cet accident, la caravane elfe est arrivée. Nous leur achetons leur alcool, et un faucon pèlerin. Ces oreilles-pointues ne sont pas des maîtres de guerre, mais je suis obligé de reconnaître qu'ils peuvent dompter tout et n'importe quoi.

Hematite, jour 25, année 256


Un rugissement foudroyant a résonné dans les cavernes. Une bête des profondeurs arrive des souterrains. Les civils sont restreints à la surface, et nous attendons le monstre de pied ferme dans les baraquements. Il est tombé en un rien de temps, mais a complétement détruit l'épaule de notre seconde maîtresse d'arme, Monom. Espérons que les médecins la soulagent rapidement. Tosid, qui a asséné le coup fatal, a baigné sa hache en acier du sang poisseux du ptérosaure et l'a baptisée Semble-Toile, peut-être en souvenir de la soie tissée de son ennemi. Elle m'avoue que c'était la hache de Catten, celle dont il s'est servi dans ses derniers instants contre les gobelins. Belle façon d'honorer sa mémoire de soldat.

Galena, jour 12, année 256


Une haut-magistrate humaine est arrivée pour une visite diplomatique. Lorsque nous lui avons parlé d'Ost, le dieu venu l'année précédente, elle a prétendu ne rien savoir. C'est très étrange, mais notre maire a continué les pourparlers sans aborder à nouveau le sujet.

L'entraînement est harassant. J'ai la chance d'avoir des quartiers confortables, et cela me remonte le moral. Eshtan et moi progressons au même rythme, et les maîtres d'arme ont la délicatesse de ne pas faire de remarques sur nos combats de débutants. Mes muscles se développent et je suis moins maladroit, mais il va falloir de nombreux mois, ou de nombreuses années pour que je devienne un bon épéiste. La comtesse Ral évolue à l'inverse de ma personne : elle grossit à vue d’œil. Mais la naine d'âge avancée semble se calmer depuis qu'elle a des quartiers "adéquats à son rang". Nous sommes déjà en train de creuser des appartements géants, pour la venue, un jour peut-être, de notre bien-aimée reine Id. Enfin, bien-aimée, c'est ce que chantent les bardes de la maison-mère...

Sur la page du même jour, un autre paragraphe, dont l'écriture est plus fébrile.

Nous sommes assiégés ! Des vagues massives de gobelins arrivent par le haut de la colline. C'est l'alerte générale. Eshtan et moi ne sommes pas envoyés en haut, à cause de notre niveau trop faible. Litast veut attendre que les peaux-vertes soit décimés par les pièges pour les achever ensuite. La tension est à son comble.

 En bas, nous entendons les disques d'acier voler, et des hurlements horribles. Aucune créature n'est passée outre les pièges. Les troupes restantes ont fui devant le massacre mécanique. Mon lion de guerre a poursuivit un kobold qui profitait de la situation pour s'introduire dans les escaliers, mais je crois qu'à la surface, il a pris un mauvais coup de la part d'un gobelin, et sa moelle est touchée. J'espère qu'il se remettra ; un lion paraplégique n'est pas l'arme la plus mortelle sur un champ de bataille. Nous sortons en criant victoire et nettoyons les corps déchiquetés des gobelins.

En fin de journée, Rith a succombé à ses blessures. Même si sa mort me chagrine un peu, je crois que c'est mieux ainsi.

Galena, jour 17, année 256

Il y a eu un accident avec un prisonnier gobelin. Un maître lancier a été jeté dans la fosse aux disques, et aussi incroyable que cela puisse paraître, il semblerait qu'il les ait tous évité. Il est sorti de la fosse et a attaqué le premier nain qui s'est mis sur son passage, qui n'était autre que le conjoint de la comtesse Ral. Il a blessé un soldat, a remonté les escaliers, mais s'est retrouvé à nouveau piégé. Aucune blessure grave, mais Ral est furieuse. Elle vient d'ordonner aux maçons de construire une tour à l’extérieur de la forteresse. Je crois savoir ce qu'elle réserve aux prisonniers gobelins.

Timber, jour 11, année 256


La tour en granite comme à s'élever dans le ciel. Les maçons construisent des plateformes sur ses côtés, prévues pour exhiber les prisonniers et les laisser moisir à l'extérieur. C'est un sort terrible, même pour des gobelins ; mais ces démons ne rechigneraient pas à faire pire pour nous.

Comme nos champions et nos maitres d'armes sont au plus haut niveau de leur art, il leur est permis de se reposer un mois sur deux. je trouve cela juste ; un entraînement quotidien ne leur est plus nécessaire, et ils devraient profiter de leur famille.

Les autres pages du journal sont vierges.


Ce n'est pas très long, mais il s'est passé quelque chose qui n'était pas prévu... suite au prochain épisode !

jeudi 16 janvier 2014

Nouvelles hivernales

Salut l'interweb ! 

J'espère que vous allez bien, et tout d'abord, je tiens à vous souhaiter une bonne année 2014, remplie de réussite, de sagesse et de gobelins morts !

Me voici là après une absence légèrement prolongée (oui je sais, ça fait six mois), causée par un petit détail qui est arrivé dans ma vie et qui tient en trois mots : fac de sciences.

Insouciante que j'étais en août et septembre, je me suis pris une vilaine claque quand j'ai vu les deux ans de contenu scientifique que je n'avais pas étudié au cours de ma formation précédente. C'est donc avec une joie non retenue que je profitais des services de la bibliothèque universitaire en toute heure de la journée au lieu de rentrer chez moi (les gens qui veulent se détendre à leur domicile au lieu d'apprendre les fermentations anaérobies des levures sont vraiment de misérables personnes). Mais comme les sciences sont des matières plutôt exactes, tout le travail a payé et j'ai réussi mes partiels au delà de mes espérances.

Ajoutez à cela que j'ai réessayé plusieurs fois de monter une vidéo de présentation de DF, sans moyen de faire quelque chose de convenable, donc pour l'instant, c'est quelque chose que je laisse de côté. Notre cher Toady n'a toujours pas sorti la mise à jour et le wiki anglophone a changé d'adresse: cela ne m’empêchera pas de continuer le récit épique de Doreniklist (la première partie est lisible ici), avec un peu plus de romanesque en prime. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne sais pas encore ce qu'il va se passer, mais j'espère toujours lever une armée digne de ce nom et attirer un roi dans la forteresse.

Il est aussi possible que je reparle de Guild Wars 2, et que je publie des textes de mon cru basés sur le monde de Dwarf Fortress.

Encore désolée pour cette absence sans nouvelles, je ne pensais pas à mal et je suis touchée de voir que vous vous êtes inquiétés pour moi. A vrai dire je n'ai pas pensé à vérifier le blog jusqu'à ce qu'un lecteur bienveillant m'envoie un courriel pour me demander si j'avais été enlevé par un gang d'hommes belettes pirates. Je vais essayer de poster plus souvent, ne serait-ce qu'avec les récits de jeu que j'aime beaucoup écrire, ou des billets sur l'économie et les industries (mais je dois avouer que ceux là prennent vraiment beaucoup de temps à faire).